Un premier hôtel 4 étoiles à Montignac et des questions

Cela faisait un moment que des projets d’hôtel étaient évoqués, comme ici au mois de juin. C’est donc, comme attendu, que le projet de Saint-Pierre qui est le premier à se concrétiser. À l’Hôtel de Bouillac, des travaux ont débuté, et l’on attend des informations pour le troisième hôtel, celui devant s’implanter près de Lascaux, un hôtel de cinquante chambres 3 étoiles.

C’est à Saint-Pierre que sera construit cet hôtel, il sera accompagné d’une résidence de services « Easyliade » pour séniors de trente maisons individuelles ou mitoyennes dans un espace clôturé : « La conception de la Résidence garantit une sécurité renforcée quant aux risques éventuels de délinquance par le fait qu’elle est construite dans une zone close, desservie par un portail automatique sécurisé. » Ceci est indiqué sur le site du promoteur. Une résidence avec des animations, un Club House privé et des transports à la demande*. Sur ce même lieu, l’hôtel qui était initialement annoncé qu’avec quatre-vingts chambres (toujours lisible sur le site du promoteur), en comportera donc cent, des chambres 4 étoiles.

Permis de construire de l'hotel à Saint-Pierre
Le permis de construire tel qu’il est affiché sur le terrain

Comme on peut le lire sur le permis de construire, la hauteur du bâtiment est de 9,18 m, on peut donc déduire que l’hôtel sera limité à deux ou trois étages, probablement avec un toit-terrasse. La superficie de 5.260 m2 englobe à la fois l’hôtel et la résidence qui comprend des maisonnettes d’environ 50 m2 et son Club House privé. Dans les résidences Easyliades, la première à Lasgraïsses dans le Tarn ainsi que celle de Galgon en Gironde, il n’y a pas de piscine pour le moment. Signalons que cet équipement n’est pas une obligation pour un hôtel 4 étoiles. Dans l’argumentaire destiné à valoriser Montignac, il est fait état de son tissu associatif dense et parfaitement structuré, de manifestations diverses et renouvelées animées par de nombreux bénévoles.

montignac-saint-pierre

Sur le plan ci-dessus, le périmètre de ce projet est cerclé de rouge, proche de l’avenue du Chambon, il est en limite de zone inondable (zone inondable de niveau bleue). Toutes les autorisations ont été obtenues, mais soumises à la possibilité d’éventuelles fouilles archéologiques, le diagnostic pour celles-ci est en attente. Carte du GéoPortail IGN. On peut s’interroger sur la situation de ce terrain, est-il un choix adapté pour un hôtel haut de gamme ? Éloigné du centre-ville, sans réelle liaison pour les piétons et dans un cadre quelconque…

Bernard Cazeau, il y a encore deux ans et demi, insistait sur le manque d’hôtels de grande capacité susceptible d’accueillir des cars de voyageurs, ceux-ci ne trouvant dans le secteur des hébergements adaptés, quittaient le Périgord pour aller vers Brive ou sur Limoges. Seulement, cette annonce arrive après un été pour le moins morose dans l’hôtellerie et il faudra attendre l’ouverture de Lascaux pour évaluer l’impact de cet équipement sur l’industrie touristique. Monsieur Jean-Luc Bousquet signale qu’à la Caverne du Pont d’Arc, après un beau démarrage, la fréquentation a baissé de 20 % la seconde année d’exploitation.

Emplacement de l'hôtel St-Pierre
Le terrain avec l’avenue du Chambon au fond

Lors de l’examen des structures et personnes portant ce projet, on est quelque peu surpris par la faiblesse du capital de la société AXCSENS, trois mille euros. Interpellé également par le montage associatif Easyliades, dont le site internet est en .org. Cette structure est nouvelle et leur première résidence ne s’est ouverte que très récemment.

L’équipe se compose de :

  • Rémy Genest porteur du projet ;

  • Alain Pirault architecte, 77 ans, cabinet fermé en 2011 ;

  • Marc Perez manager des bouquets de services et président d’Asia Prestige France depuis 2009 ;

  • Marjorie Gresta pour le marketing et la communication, chargée marketing et visites châteaux chez Baron Philippe de Rothschild durant dix ans.

Parmi ceux-ci, Marc Perez est le plus intéressant, sur sa page Linkedin on lit :

  • Immobilier de luxe, Chateaux, Domaines viticoles, Hôtels, etc.

  • Création d’hôtels, villages de vacances, restaurants.

  • Tourisme, environnement et construction durable

  • Nous mettons en place un partenariat Franco-chinois avec des professionnels de l’immobilier, avocats, notaires, promoteurs, banques, etc.) pour proposer des biens immobiliers aux Chinois.

  • Hong Kong – Guangzhou – Lyon

Question : Les Chinois vont-ils arriver en masse dans le Périgord ?

Emplacement de l'hôtel St-Pierre
Puis en gardant vers le Minigolf

 

Interview de Jean-Luc Bousquet, président de l’UMIH24**

Un hôtel de cent chambres nécessite non seulement un promoteur, mais aussi et surtout un gestionnaire ; il y a pour ce format d’hôtel un budget de 5 à 6 millions € à gérer annuellement. Pour cet équipement, on connait le promoteur, mais pas le gestionnaire.

Lascaux IV est un projet structurant pour la vallée, payer par les impôts de la Dordogne, favoriser l’investissement extérieur risque de déstructurer le tissu hôtelier local. Sans faire de corporatisme ni de protectionnisme, il parait risqué à monsieur Bousquet de soutenir ce genre de projet sans connaitre l’impact réel de ce nouvel équipement.

Il a le souvenir cuisant d’une expérience antérieure, lors de l’extension du Musée national de Préhistoire aux Eyzies. On a effectué de nombreuses expropriations, il fallait faire de la place pour les bâtiments et les parkings, de très nombreux visiteurs étaient attendus. Avant ces travaux, le musée connaissait une fréquentation de 180.000 visiteurs par an, on en prévoyait 400.000 après l’extension, mais on n’a jamais dépassé les 90.000 visiteurs. À un restaurateur proche du musée qui se plaignait de la baisse de fréquentation pendant les travaux, on a affirmé qu’il se referait une santé après la réouverture… il est désormais fermé.

Cet épisode explique en grande partie la méfiance de Jean-Luc Bousquet face aux prévisions optimistes de fréquentation, il préférerait que l’on juge sur pièce, ensuite si le besoin s’en fait sentir, les professionnels de l’hôtellerie sont tout à fait capables de s’adapter rapidement.

Questionné sur l’accueil de bus de touristes, Jean-Luc Bousquet répond qu’il y a largement la capacité pour les accueillir, cela se produit régulièrement.

  

P.-S. Monsieur Bousquet n’a pas encore visité le chantier de Lascaux IV.

 

Pour terminer, voici le lien vers la FAQ (Foire aux questions) : le nouveau classement hôtelier en 20 questions, réalisé par le Comité pour la Modernisation de l’Hôtellerie et du Tourisme Français.

  

* Faute d’offre réelle de transport, c’est la seule solution que l’on peut envisager.

** Union des métiers et des industries de l’hôtellerie de Dordogne.

 

Laisser un commentaire