Un Festival du Périgord Noir très féminin

Vendredi 10 juin, Jean-Luc Soulé a présenté avec passion l’édition 2016 du Festival du Périgord Noir dont le thème est « Drôles de dames », un programme d’une grande densité qui fait une large place aux femmes pour cette trente-quatrième édition. Pour l’illustrer, voici quelques titres de spectacles : « De, Par, Pour, Avec….des Dames », « Trio des Grâces » ou « Joséphine, mon amour » avec des héroïnes mises en avant telles que : Joséphine Baker lors d’une soirée aux Jardins d’Eyrignac, Salomé dans « San Giovanni Battista » et « Loulou » de Georg Wilhelm Pabst.

La force de cette programmation est d’avoir su marier de très jeunes artistes à côté de têtes d’affiche renommées tels Henri Demarquette, Dana Ciocarlie, Thierry Escaich, Magali Léger, Thomas Enhco et beaucoup d’autres. Parmi les jeunes artistes, on pourra écouter les lauréats de la Fondation Safran pour la musique et du concours international de chant-piano Nadia et Lili Boulanger 2015, sans oublier une soirée intitulée « Interdit aux plus de 18 ans ! »

Une quinzaine de sites du Périgord Noir qui accueilleront des concerts en adéquation avec le lieu, à Saint-Amand-de-Coly, Saint-Léon-sur-Vézère, Montignac-Lascaux, Auriac-du-Périgord, Fanlac, Ajat, les Jardins du Manoir d’Eyrignac et Sarlat, Saint-Cyprien et Jayak. C’est affirmé d’entrée sur le catalogue : « Tous les concerts de musique du Festival du Périgord Noir ont lieu dans des églises avec des sonorités exceptionnelles et uniques. »

En apéritif, une soirée Jazz – Génération Spedidam le 27 juillet, en association avec Musique aux cœurs, puis la journée d’ouverture à Saint-Amand-de-Coly, le 6 aout, et en soirée le film muet « Loulou » avec une improvisation musicale de Karol Beffa au cinéma Le Vox de Montignac. Ensuite un à deux concerts sont programmés chaque soir, ou fin de journée, du 7 au 20 aout, sauf le 13 aout. Pour terminer autour de l’orgue du 7 au 10 septembre 2016 à Sarlat et Saint-Cyprien et un spectacle de marimba et percussion en clôture le 30 septembre, dont des spectacles gratuits le 6 et 15 aout, ainsi que les 10 et 30 septembre.

Jean-Luc Soulé a insisté sur la jeunesse avec la formation de jeunes musiciens lors d’académie, ainsi qu’à la découverte de la musique classique par l’attribution de place gratuite à de jeunes bacheliers ayant obtenu une mention afin de renouveler les publics.

L’académie de musique ancienne, quinzième année de résidence artistique à Saint-Amand-de-Coly pour trente jeunes musiciens professionnels d’une quinzaine de nationalités, qui sont invités cette année travailler et produire un oratorio baroque d’Alessandro Stradella : « San Giovanni Battista » ; ces artistes seront dix chanteurs, cet oratorio en nécessitant cinq, et vingt musiciens. Deux représentations clôtureront ces formations, les 11 et 12 aout 2016 en l’Abbaye de Saint-Amand-de-Coly, 21H00.

L’Académie de l’orgue, une dizaine de nationalités cette année, soit autant que de candidats, fêtera ses dix ans en septembre. Orgue, mais aussi clavecin à Sarlat et à Saint-Cyprien avec des Masterclass de Michel Bouvard et Yasuko Bouvard, un esprit de fête autour de « L’orgue en folie ».

Un fonds de dotation a été créé autour du soutien apporté à de jeunes talents issus artistiquement du Périgord et de la solidarité musicale pour faire découvrir la musique à des publics qui en sont exclus, dont l’un des outils est le bus de l’orgue.

Production de l’Académie Baroque du Festival du Périgord Noir, en 2014, Mamamouchi ou Molière et Lully, de Versailles à la Sublime Porte a permis organisés, en présence d’artistes et professionnels, des ateliers d’initiation à la musique, au chant et à la gestuelle baroque, aux métiers de costumier et de maquilleur, à l’écriture de conte ou de fable… Cette démarche a obtenu le Prix d’excellence Audiens 2015 de la Fondation Audiens Générations, ce qui participera à la politique de soutien et d’ouverture à la jeunesse.

Jean-Luc Solé a rappelé que l’association « Festival du Périgord Noir » avait fait l’acquisition d’un Marimba (dit aussi cimbalom), pour l’académie de musique ancienne. Cet instrument sera à l’honneur lors de la soirée de clôture à Jayak dont le thème est « Le Marimba à travers l’histoire de la musique (baroque, classique, etc.) » dans une ambiance joyeuse. Le marimba sera également joué à Saint-Léon-sur-Vézère.

Le lien entre musique et tourisme est une évidence pour les organisateurs, ce qui est parfaitement illustré par la nouveauté de cette année, trois séjours à thèmes organisés à destination de populations anglo-saxonnes autour de deux concerts de prestiges chacun. Ils sont proposés sur l’initiative France’s Impressions, avec Sandra et Francis Ho Tham Kouie, des séjours qui mêlent la musique, la visite de lieux de prestige et la gastronomie. Ces séjours aux tarifs dégressifs pour 10 à 25 personnes, si cette initiative se révèle une réussite, ces séjours devraient être multipliés.

Le site du Festival où l’on peut télécharger le programme en PDF.

 

Textes et photographie : Jean-Luc Kokel