Réunion sur le PLUi, suite à Montignac

Faisant suite à une première réunion qui s’est tenue le 23 juin 2016 aux Eyzies et devant un auditoire légèrement plus fourni que la semaine dernière, s’est tenue la deuxième réunion sur le Plan Local d’Urbanisme intercommunal, le PLUi qui doit entrer en application en 2019. Philippe Lagarde ci-dessus) a rappelé que la Communauté de commune, la CCVH dont il est le président, avait devancé l’obligation de mettre ce type de PLU, ce faisant, elle était éligible à certaines subventions incitatives.

Seconde réunion sur le PLUi

Les axes majeurs réaffirmais : maitriser l’espace et favoriser la mixité, prendre en compte l’écologie tout au long du processus. Favoriser le regroupement du bâti et éviter l’émiettement nuisible aux usages agricoles.

Lors de l’enquête publique, le commissaire enquêteur devra répondre à toutes les questions qui lui auront été soumises. Un cahier de consultation sera mis à la disposition du public dans toutes les mairies ainsi que dans les locaux de la CCVH. On peut aussi s’adresser directement au service de l’urbanisme : plui@cc-vh.fr.

 

Marie-Claude Noel
Marie-Claude Noel dirige l’étude du PLUi et en a expliqué le déroulement.

Lors des questions, ont été évoqués :

Les pistes cyclables, un élargissement des voies n’est généralement pas possible du fait du relief, l’utilisation de chemin de halage est parfois possible, mais cela reste très limité. Une voie verte avait été étudiée, le coût en serait de 15 à 20 millions d’euros, exorbitants.

Jérôme Huttin a posé la question des arbres remarquables, Laurent Mathieu lui a répondu que les arbres étaient des êtres vivants qui naissent, grandissent, mais aussi meurent. Philippe Lagarde est preneur d’un inventaire si Jérôme Huttin peut l’effectuer.

Une demande d’habitat alternatif existe, sans branchement, mais il est indispensable, au niveau de la sécurité incendie, de disposer d’eau.

Enfin, la loi ALUR interdisait l’extension ou le changement de destination de bâtiment en zone agricole ou naturelle. Ce problème sera résolu avec le PLUi et des adaptations seront rapidement apportées pour que ces territoires puissent « vivre » dès 2017.

 

Textes et photographies : Jean-Luc Kokel

 

Laisser un commentaire