Première théâtrale à Montignac avant Paris

L’ensemble de la troupe en répétition au domaine de Beaupuy, Auriac-du-Périgord

Montignac accueillera, le samedi 6 février 2016 à 20h30 au Prieuré, la première représentation des Plaideurs, une pièce de Racine jouée par la compagnie Oghma*. Cette pièce est une farce burlesque, l’unique comédie de Jean Racine, des répliques qui fusent à grande vitesse, au point que les plus de neuf cents vers s’enchainent en seulement une heure et quart. C’est du théâtre baroque, mais il serait plus juste de parler de Feydeau-Barroque, mâtiné de commedia dell’arte, un spectacle haut de gamme qui présente la particularité d’être éclairé à la bougie, à l’ancienne. Ce théâtre du XVIIe siècle est d’une étrange modernité, bien que le phrasé soit particulier, la scénographie millimétrée, il est joué à 99 % comme à l’origine, et pourtant il est accessible au plus grand nombre. La pièce sera ensuite donnée plusieurs fois à Paris, ainsi qu’en Normandie, vingt-cinq représentations en tout sont déjà programmées. La Compagnie Oghma a entrepris l’étude et les répétitions de cette pièce il y a plus d’un an, c’est son spectacle le plus important, hors accompagnement musical ; sept comédiens plus un assistant-metteur en scène sont impliqués dans cette création.

Répétition au domaine de Beaupuy
Répétition au domaine de Beaupuy, Auriac du Périgord

Peu de temps après la création de cette compagnie en 2006, un ensemble musical, l’Ebo, (Ensemble baroque Oghma) créé en 2008 l’a rejointe. Vous n’entendrez pas cette musique accompagner les Plaideurs, la pièce est trop vive pour cela, de ce fait il n’y a pas d’espace pour la musique. Mais cet été cela sera possible, car en 2016 Oghma fera son Festival de théâtre baroque en Périgord noir : « L’Oghmac », seconde édition avec pour l’heure trois représentations, les Plaideurs au Château de l’Herm, Léandre et Héro de Paul Scarron près de l’Église d’Auriac-du-Périgord et enfin L’Amphithéâtre sanglant de Jean-Pierre Camus qui devrait être joué par une compagnie invitée en un lieu qui reste à déterminer.

Nous avons rencontré la compagnie Oghma lors de ses répétitions sur les hauteurs d’Auriac-du-Périgord, un ancien site templiers avec une grande bâtisse et ses dépendances qui sert de lieu de répétition. Une ambiance studieuse, mais anachronique où plusieurs ordinateurs branchés sur Facebook voisinent avec des costumes et des accessoires d’une autre époque. On ressent un plaisir de jouer chez tous ces comédiens, un professionnalisme évident, bien que certains membres de la troupe soient visiblement très jeunes.

Charles Di Meglio Domaine de Beaupuy
Charles Di Meglio, créateur de la troupe, metteur en scène et comédien

Charles Di Méglio, jeune Montignacois diplômé d’art Dramatique du Conservatoire du XVIe arrondissement de Paris, à créé la Compagnie Oghma en 2006 autour du théâtre des seizième et dix-septième siècles, le Baroque, l’ère Élisabethaine et le Burlesque français du XVIIe siècle. Ce retour au théâtre Baroque est caractérisé par la place de la parole, alors qu’actuellement la mise en scène est privilégiée, cela qui produit un théâtre d’apparence plus contemporaine dans sa forme. En 2015, cette compagnie remporte le Prix du Souffleur, catégorie spectacle qui luit, avec Léandre et Héro de Paul Scarron, au Théâtre de l’île Saint Louis.

Le Montignacois, improbable terre de théâtre

Montignac et ses environs concentrent actuellement quelques belles références en matière de créations théâtrales, nous citerons de mémoire le Théâtre du Vertice qui est en résidence depuis cette année, Christian Taponard qui a investi Aubas depuis l’automne et peut-être d’autres, aussi discrètes que la Compagnie Oghma que nous découvrons.

Compagnie Oghma, salut au public après Les PlaideursSalut au public au Prieuré après la représentation du samedi 6 février 2016

 

 

Oghma, Dieu celte de l’éloquence (et aussi de la médecine) qui terrasse ses ennemis par la parole, de l’or sort de sa bouche. Il est, selon Charles Di Meglio un équivalent celte de l’Apollon grec.

 

Une pensée sur “Première théâtrale à Montignac avant Paris

Laisser un commentaire