Les Olivoux, une « ville » gallo-romaine de 10 ha à Montignac

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Archéologie 2016 était organisée au cinéma Le Vox une conférence d’un réel intérêt, mais avec une communication, disons minimaliste. C’est d’ailleurs l’organisation de toutes ces journées qui était un peu légère cette année, trop d’événements riches annoncés bien trop tard ; même si, à Montignac, la mairie avait été informée depuis trois mois, mais rien depuis, et durant cette période la cité a été quelque peu chahutée, c’est le moins que l’on puisse dire.

Quoi qu’il en soit, la conférence a débuté devant un auditoire bien trop restreint par l’intervention d’Hervé Gaillard (Ingénieur à la DRAC ALPC – service régional de l’archéologie à Bordeaux) qui a rappelé et précisé les conditions et la réglementation liées aux interventions de sauvegardes archéologiques. Ensuite, Vanessa Elizagoyen, archéologue de l’Inrap et responsable opérationnelle du chantier, a présenté le résultat des recherches archéologiques dans la plaine du Chambon.

Entre la route D67 venant d’Auriac-du-Périgord et de Thenon et la D46 qui mène aux Farges, juste à proximité du rond-point du Chambon et même au-delà s’étendait sur 10 ha une ville gauloise, puis gallo-romaine, durant 400 à 500 ans, du IIe siècle av. J.-C. jusqu’au IIe siècle après. Jusqu’au début du XVIIIe siècle, on avait le souvenir de la ville romaine des Olivoux. Puis en 1819, François Jouannet, archéologue précurseur, parcourt la Dordogne à la recherche d’antiquités gallo-romaines et de grottes, interprète le site comme une villa antique, une grande exploitation agricole. Puis, durant tout le XIXe siècle, on recherchera essentiellement des objets, des œuvres d’art qui seront dispersés sans laisser de traces. En 1887, Théodore Monégier du Sorbier dresse les plans de deux bâtiments interprétés comme un petit ensemble thermal, puis le site est oublié jusqu’en 1971. Depuis 2005, des recherches archéologiques sont effectuées avant la réalisation de constructions individuelles dans ce secteur. En 2015, l’INRAP mène une campagne de prospections magnétiques afin de dresser un plan des vestiges archéologiques invisibles.

 

Olivoux - la ville
Sur cette carte, j’ai reconstitué l’emprise actuellement connue de cette ancienne ville

Située dans plaine fertile, à un carrefour entre des voies terrestres et une rivière navigable, la Vézère, un lieu de commerce et d’échanges, des gisements de fer à proximité, cette cité est en grande partie au-dessus des zones inondables d’aujourd’hui, sauf au sud du Chambon. Par des routes (encore à découvrir) on pouvait relier Périgueux, Limoges, Brive et Cahors et au-delà, la Vézère ouvrant la voie vers Burdigala-Bordeaux. Entre 30 et 40 après J.-C., des voies rectilignes structurent la cité, puis entre 60 et 70, les fondations de pierres se généralisent. Un axe nord-sud relie un sanctuaire avec un temple à cella circulaire ou octogonale à une grande esplanade au sud., probablement une place centrale et/ou de marché. À l’est, une forge, une cuisine et un four de potier ont été identifiés dans un périmètre réduit. Dans une grande partie de l’espace photographié sur l’image d’entête, au sud du hameau des Buy, des structures ont été détectées et devraient faire l’objet de fouilles à l’avenir.

Fouille au Chambon, Montignac
Images satellitaires provenant de Map Bing et de Google Maps

Sur ces images satellitaires, l’une provenant de Map Bing et l’autre de Google Maps, illustrent parfaitement les interventions de l’INRAP, celle de gauche montre les travaux de fouilles et celle de droite, plus récente, nous donne l’aspect après ces fouilles, avec des constructions neuves et un gazon fraichement planté.  Ces sites mettent à jour leurs images satellites selon des chronologies différentes, Google Maps vient d’être mis à jour avec des images de Landsat 8. Il arrive que les images de Bing soient plus récentes ; à ce jour, celles de Géoportail présentent une étape intermédiaire entre celles présentaient ci-dessus.

 

 À lire et à télécharger :

 

Textes : Jean-Luc Kokel

 

Une pensée sur “Les Olivoux, une « ville » gallo-romaine de 10 ha à Montignac

Laisser un commentaire