Les Divas du Désert, art aborigène au Prieuré

Share

Pour accompagner l’ouverture de Lascaux IV le 15 décembre 2016, une exposition de haut niveau sur l’art des derniers aborigènes sera visible pendant un mois et demi au Prieuré de Montignac.

Tout est parti de la série télévisée « Inspecteur Napoléon Bonaparte » inspirée des romans d’Arthur Upfield, qui conter les enquêtes d’un détective métis australien. À Toulon, un enfant de dix ans suivait avec passion cette série où il a découvert l’art aborigène ; cet enfant, c’était Marc Yvonnou, dont les grands-parents étaient des amateurs d’art. Passionné, il a attendu ses vingt-deux ans pour aller en Australie voir sur place les artistes aborigènes. Il est allé dans les endroits les plus reculés pour rencontrer des Aborigènes qui vivaient encore à l’âge de pierre, ne connaissant ni le tissage, ni les métaux, les derniers n’ont vu pour la première fois l’homme blanc que 1984. Depuis, il est devenu l’un des rares experts en art aborigène, il recherche avant l’authenticité de l’intention, loin des circuits touristiques, tout au fond du Bush, de très petites communautés isolées à plusieurs centaines de kilomètres de tous voisins. Depuis, il a écrit de nombreux livres et créé une galerie à Pont-Aven (Finistère) Le Temps du rêve, avec Pascale Tanguy.

Art Aborigène au Prieuré
Marc Yvonnou

Les Aborigènes peignent sur les rochers, art pariétal en plein air, mais aussi sur les végétaux et dessinent sur le sable ; des œuvres éphémères et ils en ont conscience. Rapidement, ils adhèrent à l’idée de peindre sur des toiles pour laisser au monde une trace durable de leur culture, de leur civilisation, pour que celle-ci ne disparaisse pas totalement. Ces artistes sont souvent âgés, cinquante ans, âge qui correspond à leur espérance de vie, il y a très peu de renouvellement. Cet art n’entre pas toujours dans les critères de l’art actuel, les Aborigènes peignent pour exprimer des idées, raconter des histoires, ce qui est trop concret pour certains galeristes actuels.

Art Aborigène au Prieuré
Natalia Rodriguez, adjointe à la culture et à la communication de Montignac, Emmanuel Angelier, de la Financière de Lorient, Marc Yvonnou de la galerie Le Temps du rêve et Pierre Reytier du club de mécénat d’entreprise Les Treize Arches

L’histoire de la présentation de ces peintures dans notre région passe par Emmanuel Angelier, de la Financière d’Orion, qui a présenté Marc Yvonnou à Pierre Reytier, conseiller patrimonial à Brive et membre du Club d’entreprise mécène des Treize Arches à Brive. Celui-ci développe des projets culturels, un laboratoire du territoire avec comme fil rouge la Vézère, un pays qui dépasse les limites administratives ; faire vivre ce territoire culturellement, plutôt que de créer des événements sur Bordeaux, Toulouse ou d’autres grandes métropoles déjà bien fournies.

Art Aborigène au Prieuré
Natalia Rodriguez qui, comme Marc Yvonnou plus haut, était dans l’axe du vidéoprojecteur, car il y a aussi des vidéos qui sont présentées.

Par la suite intervient l’accord entre les Treize Arches avec Jean-Paul Dumas et la municipalité de Montignac avec Laurent Mathieu et Natalia Rodriguez. Cette exposition est la dernière manifestation, et la plus importante, de cette nouvelle collaboration, cette exposition a déjà été présentée à Brive du 8 au 19 novembre 2016, après une première en mars dans la même ville. Cette exposition possède la qualité et le niveau d’exigence que souhaite Natalia Rodriguez pour le futur du Prieuré

Art Aborigène au Prieuré
Les bénévoles qui se partageront la tâche de garder la galerie

On ne peut passer sous silence le rapport qui existe entre cet art contemporain et les peintures de Lascaux. Ces artistes aborigènes étant issus d’une civilisation sans contact extérieur pendant quelque 40 000 ans, avant l’arrivée des colonisateurs au XVIIe siècle, à comparer avec l’âge de Lascaux, 17 000 ans. De nombreuses pentures, pour la plupart, à deux exceptions, sont des œuvres d’artistes féminines, souvent envoutantes, de styles assez variés, quelques sculptures peintes, des vidéos et des ouvrages seront en accès libre durant un mois et demi.

Art Aborigène au Prieuré
Jean-Bernard Lavaud du restaurant le 4 à Montignac a proposé quelques douceurs

Jean-Paul Dumas, directeur des Treize Arches de Brive étant absent, c’est Corinne Arazo qui représentait cet EPCC (Établissement Public de Coopération Culturelle).

Cette exposition d’art aborigène contemporain sera visible jusqu’au 7 janvier 2017 au Prieuré de Montignac, de 13H00 à 18H00, fermée le dimanche.

Art Aborigène au Prieuré
Nathalie Manet-Carbonnière du conseil départemental (Christian Teillac était aussi présent), Laurent Mathieu maire de Montignac, Natalia Rodriguez, adjointe à la culture et à la communication de Montignac, Marc Yvonnou de la galerie Le Temps du rêve Pierre Reytier du club de mécénat d’entreprise Les Treize Arches et Emmanuel Angelier, de la Financière de Lorient

 

 

Share

4 pensées sur “Les Divas du Désert, art aborigène au Prieuré

Laisser un commentaire