Les adieux de Germinal Peiro à la députation

Pour ses derniers vœux de député, Germinal Peiro était d’humeur badine… « c’est pour cela que vous êtes si nombreux ». Il est obligé de renoncer à son mandat de député du fait de la loi contre le cumul des mandats qu’il a lui-même voté ; remarquant au passage que la direction d’une mairie comme Castelnaud-Lachapelle n’avait aucune commune mesure avec celle d’une grande ville ou de la présidence d’un département.

Benjamin Delrieux, Mireille Volpato et Germinal Peiro

Il a remercié ses collaborateurs, dont Benjamin Delrieu, et ses deux assistantes parlementaires qui ont travaillé cinq jours sur cinq, l’une des deux est sa fille.

Il a rappelé ses scores successifs aux premiers tours des législatives : 29, 32, 40 et plus de 50 %. Vingt ans à se partager entre le Périgord et Paris, 500 questions orales, 20 rapports parlementaires (sur les OGM, le bouclier rural, l’efficience des politiques publiques, les retraites complémentaires, etc.), des exceptions, des propositions de loi. Un fort engagement en faveur du monde agricole, un des métiers les plus difficiles soumis aux aléas climatiques et économiques ; il a été secrétaire national à l’agriculture au Parti Socialiste durant onze ans. Mais aussi des actions concernant les sports de pleine nature, la sécurisation des pratiques nautiques de loisirs (les canoës), contre les gaz de schiste, soutien à l’agriculture avec l’agroécologie, etc.

Jean-Marie Queyroi, Benjamin Delrieux, Mireille Volpato et Germinal Peiro

Politique : il a souligné ; « Il y a vingt ans, sur cette tribune, il n’y avait que des hommes ! » Ensuite, il a évoqué ce qu’il a ressenti comme une blessure, ces 10 % de « frondeurs » qui votaient systématiquement contre leur camp. Il a regretté l’émergence d’une démocratie d’opinion accordant plus d’importance aux sondages et aux manifestations qu’aux élus, populisme et la démagogie qui bénéficie aux extrêmes.

 

De bonnes nouvelles pour l’hôpital de Sarlat qui s’est rapproché de celui de Périgueux, qui a ouvert de nouvelles consultations ainsi qu’un nouvel établissement pour personnes âgées. Un très bon point, le nombre des naissances à l’hôpital est en augmentation.

« Il y a vingt ans, sur cette tribune, il n’y avait que des hommes »
(Huit femmes et sept hommes). À droite, le sous-prefet

« Qu’ai-je retiré de ces vingt années, je me suis laissé gagné par la passion du droit qui protège, fonde les principes de la République. » Il a également souligné que philosopher c’est bien, mais qu’agir, c’est mieux. Je vais désormais consacrer tout mon temps au développement de la Dordogne. Nous allons recueillir de nouveau l’avis des Périgourdins sur l’avenir du département.

Benjamin Delrieu, petit fils d’agriculteur et fils d’ouvrier, sera notre candidat, faire confiance à la jeunesse et écarter les porteurs de la haine.

La soirée s’est conclue autour d’un verre de l’amitié… au vin de Domme.

 

Laisser un commentaire