Le centre-ville en mode chantier à Montignac

Soixante commerçants du centre étaient présent lundi soir, le 7 mars 2016, autour de Laurent Mathieu et Christian Teillac qui ont répondu conjointement aux questions. La soirée a débuté dans une ambiance bon enfant, mais au final, l’angoisse de certains a fini par apparaitre et s’exprimer.

Le diagnostic

Lors des travaux de réfection du Pont Vieux, il a été mis en évidence de graves insuffisances de l’étanchéité du tablier du pont, soit la partie supérieure sur laquelle on se déplace. D’autre part, deux conduites d’eau traversent le pont et une fuite importante a est apparue sur de celle-ci. Cette fuite a rapidement été traitée, et une nouvelle et unique conduite a été mise en place. Il a été constaté que lors des fortes pluies, l’eau s’infiltrait de toute part dans le pont, dégradant les travaux qui venaient être terminés et menaçant l’intégrité même du pont dans un délai très court ; un nouveau pont, hormis la durée de sa construction, couterait la bagatelle de 3 000 000 €. Il fallait agir d’autant plus vite que l’entreprise Guy qui avait effectué ces travaux menaçait de retirer sa garantie si l’étanchéité n’était pas rétablie au plus vite ; il n’était pas question d’attendre septembre comme cela avait été un temps envisagé.

La nature des travaux

La surface du pont doit être totalement « décaissée », le bitume et sa sous-couche vont être arrachés jusqu’à la pierre. Ensuite, des dalles de béton de sept mètres sur cinq vont être coulées, puis une couche d’étanchéité va être appliquée sur la totalité de l’ensemble. Pour assurer l’efficacité de ces travaux et l’intégrité de l’étanchéité, il est impératif qu’aucun passage n’ait lieu durant le temps de séchage ; donc le pont sera totalement fermé durant ces phases ; et encore faut-il qu’il ne pleuve pas, sinon il faut renouveler l’opération.

Ces travaux couteront environ 950 000 €, le Conseil Départemental a voté leur prise en charge à hauteur de 700 000 €, 250 000 € restant à la charge de la commune.

La durée

Les travaux vont débuter le lundi 21 mars et le pont sera interdit à la circulation jusqu’au 15 mai. Il est possible que cela soit plus court, mais il y a trop d’impondérables, en particulier les conditions météorologiques, pour programmer sérieusement une réouverture anticipée. Dans la mesure du possible, on s’arrangera pour que les piétons puissent emprunter le pont durant les weekends, par contre le pont sera interdit à tous les véhicules durant toute la durée des travaux.

Avec Laurent Mathieu et Christian Teillac
Soixante commerçants écoutaient Laurent Mathieu et Christian Teillac

Les remèdes à la circulation

Différentes solutions ont été étudiées pour remédier à cette coupure :

  • Passerelle provisoire mise en place par l’armée, mais cette dernière ne propose plus ce genre d’opération ;

  • Pont flottant, mais pour installer cet équipement, il aurait fallu le réserver plusieurs mois à l’avance et cette solution a un coût – 300 000 € ;

  • Installation d’une passerelle à l’extérieur du pont (comme cela existe à Saint-Pantaléon-de-Larche), mais les pierres du parapet ne la supporteraient pas ;

  • Navette, un minibus, faisant l’aller-retour entre les deux rives par le pont de la Paix. C’est ce service qui est choisi et devrait être utilisable de 10 à 12 H. Une enquête sur les besoins de la population, dont les enfants scolarisés et les personnes ne disposant pas de véhicule, est en cours ; selon les résultats de celle-ci, des adaptations seront décidées.

D’autre part, le plan de circulation sera modifié, toutes les options sont étudiées, mais celles choisies devront recevoir l’aval de la DRPP*.

Des questions relatives au stationnement ont été posées, le maintien des parcs-mètres existant et l’installation de nouveaux équipements afin d’étendre le périmètre réservé aux véhicules de passage est à l’ordre du jour. Le coût de ces parcs-mètres est remboursé en six mois, ensuite, ils pourraient être utilisés en mode zone bleue, mais ce n’est qu’une hypothèse.

Les autres travaux

Le département doit rénover toute la voirie dont il a la charge. Cela s’effectuera sans coupure totale de circulation et pourra se faire aussi durant l’été, en particulier pour la route de Sarlat jusqu’au pont de Messoul.

Le Pont Vieux pérennisé, d’autres travaux sont en attente et seront réalisés à partir de septembre prochain, et devront impérativement être terminés pour l’ouverture de Lascaux IV. Il y a tout particulièrement l’aménagement des deux extrémités du pont dont nous parlions ici, mais aussi la réfection du très vieillissant réseau d’abduction d’eau et d’écoulement des eaux usées. Nous en reparlerons ultérieurement.

 

Restez à notre écoute, nous vous garderons informé des développements de ces travaux et des plans de circulation et solutions mis en place pour y remédier

 

* DRPP – Direction des Routes et du Patrimoine Paysager du Conseil Départemental de Dordogne

Laisser un commentaire