La malle aux costumes d’Audrix

Journées Européennes des Métiers d’Art 2016

Que faire avec un doctorat d’histoire de l’art ? Pas grand-chose… alors Catherine Ingrassia est devenue costumière pour le théâtre, le cinéma, les fêtes. Cela fait vingt-cinq ans qu’elle pratique cette activité et depuis, elle a cumulé 7 500 costumes qu’elle propose à la location, essentiellement sur son site internet. Cette caverne d’Ali Baba du vêtement, de toute sorte de vêtements, de tous les pays, de toutes les époques, souvent richement décorés, il faut dire que jusqu’à la Révolution, les hommes portés des habits bien plus élaborés et décorés que ceux des femmes… les temps ont bien changé !

Arrivée il y a peu dans le Périgord noir, sur les hauteurs de notre vallée, à Audrix, Catherine Ingrassia originaire de Marseille, avait jusque-là son entreprise dans le Var, à La Garde. Si elle a choisi le Périgord, c’est qu’elle recherché une région avec un tourisme fortement culturel, ce que ne proposait pas la Côte d’Azur. De plus, elle se rapprochait de ses clients situés dans des régions où l’on fait la fête, le Nord et la Bretagne, ainsi que l’inévitable Paris.

La malle ses 7500 costumes pour fêtes, cinéma ou théâtre de Catherine Ingrassia
Les machines ayant toutes un usage précis, alignées à l’entrée de l’atelier.

Elle confectionne tous ses vêtements, et pour cela elle utilise des machines spécialisées qui sont alignées dans l’entrée de son local ; au premier abord, on envisage une petite armée de petites mains, mais non ! elle est seule dans à travailler sur tous ces instruments. D’ailleurs, cette activité, même si elle est passionnante, est tout juste rentable, heureusement qu’il y a le plaisir de faire, et de faire partager.

Pour entreposer toute sa production, Catherine dispose d’un outil particulier, un convoyeur qui gère 4 431 costumes. Ils sont retrouvables automatiquement s’ils ont été correctement rangés, une immense chenille métallique qui sinue dans une arrière-salle, l’une des plus grandes que l’on puisse trouver dans notre Pays. Mais si vous avez bien suivi, il en manque 3 000, ceux-ci sont répartis dans des rangements plus classiques où l’on peut cheminer, à côté de chapeaux et de divers accessoires.

La malle ses 7500 costumes pour fêtes, cinéma ou théâtre de Catherine Ingrassia
Catherine Ingrassia avec les costumes qui seront du prochain voyage au carnaval de Venise.

Une des passions de Catherine et de son époux est le carnaval de Venise, ils y participent chaque année et vous pouvez voir quelques-unes de leurs créations, évidemment faites maison. Ils disposent ainsi de 180 costumes ébouriffants pour lesquels ils ont un projet de musées, juste derrière le local de la costumerie. Il est fort probable que le terrain local étant fertile pour ce type de réalisation, celle-ci se concrétisera un jour prochain, mais il n’y a pas d’urgence actuellement.

La malle ses 7500 costumes pour fêtes, cinéma ou théâtre de Catherine Ingrassia
Une autre création qui a été montrée au Carnaval de Venise, le grand disque rouge, une synthèse de deux calendriers mayas, était placé accroché au dos et tourné ; il est brodé de perles, galons et pierreries et a nécessité une bonne centaine d’heures de travail.

 

En dehors de cette activité, Catherine a une autre passion, la musique et la danse médiévale, l’objet de sa thèse. Elle pratique avec son mari et son plus jeune fils. Elle a d’ailleurs produit plusieurs livres et un DVD sur ce thème. Catherine a créé juste à côté un lieu dédié à cette pratique et elle propose des stages avec l’association Morescarole. Les prochains stages ayant lieu du 30 avril au 1er mai 2016 et du 25 au 30 juillet 2016 à Audrix., vous pourrez en apprendre plus et éventuellement vous inscrire sur cette page.

Une pensée sur “La malle aux costumes d’Audrix

Laisser un commentaire