Festival du Périgord Noir, on ouvre

Balade à La Cassagne

Samedi 5 août 2017, première journée du 35e Festival du Périgord Noir, la matinée a débuté par une randonnée à La Casagne, contée par Daniel Chavaroche, avec visite de la Grange dîmière des Templiers.

Première pose avec Daniel Chavaroche dans le parc de la Grange dîmière
Arrêt devant une source et un lavoir
Daniel Chavaroche, un conteur occitan
Dernière étape devant l’église de La Cassagne

Concert du New Jazz-Band project

À 17 h, place Léon Magne, l’espace pavé entre le Prieuré et l’office du tourisme, que l’on peut aussi nommer l’Hôpital Saint-Jean, Xavier Blum et son New Jazz Band project, sept musiciens, dont quatre jouant sur des xylophones, ont produit une musique rythmée et diversifiée.

Xavier Blum à la batterie
Marimba ou Xylophone, c’est plus ou moins équivalent
Deux joueurs de xylophone
Et deux autres, eh oui ! chacun de ces musiciens joue avec quatre baguettes
Place Léon Magne

Stage d’improvisation avec Karol Beffa

Juste avant sa prestation cinématographique, Karol Beffa, 44 ans, nous a démontré ses qualités d’improvisateur et d’enseignant hors pair. À 18 h, il a durant une heure dirigé et conseillé trois jeunes pianistes périgourdins Loni Mahé (20 ans, CRD*), Maximilien Wang (17 ans, CRD et CMMD**) et César Pigeard de Gurbert (15 ans, CRD), lors d’un stage d’improvisation en public. À remarquer, ces trois musiciens ont tous, à un moment ou à un autre, été des élèves d’Isabelle Loiseau.

* CRD, Conservatoire à Rayonnement Départemental

** CMMD, Conservatoire Municipale de Musique et de Danse (CMMD)

Karol Beffa indiquant des consignes de jeu.
Karol Beffa et les trois stagiaires, Loni Mahé, Maximilien Wang et César Pigeard de Gurbert

Ciné-concert avec Karol Beffa

Samedi 5 août 2017, première journée du 35e Festival du Périgord Noir, marqué par une impressionnante performance de Karol Beffa, il a joué durant 2 h 45 min en continu, improvisant sur un monument du cinéma : « J’accuse » d’Abel Gance, 1919, film qu’il a lui-même choisi. Ce pianiste-compositeur a déjà fait beaucoup mieux, il est resté plus de six heures d’affilées à son clavier en improvisant sur Les Misérables, un film d’Henri Fescourt de 1925. Mais ce samedi à Montignac, nous avons pu l’écouter ! et c’est impressionnant, d’autant que les images de guerre d’Abel Gance sont d’un réalisme rare pour l’époque. Karol Beffa collectionne les récompenses et les postes prestigieux comme un ancien général russe accumulait les décorations, il lui arrive même de composer.

Karol Beffa et Jean-Luc Soulé, président du Festival du Périgord Noir
Karol Beffa

 

Le site du Festival du Périgord Noir