Conférences de la SERPE

Share

Des journées riches, une belle assistance malgré le soleil à l’extérieur en cette période de vacances pour d’intéressantes conférences de la SERPE, bien que de niveaux pas toujours égaux. La SERPE : Société d’ Études et de Recherches Préhistoriques des Eyzies (depuis 1937), une association qui donne chaque été des cours gratuits d’initiation à la préhistoire (au PIP), suivis de conférences scientifiques tout aussi gratuites au Musée, événements qui avaient été annoncés dans l’Agenda. La SERPE édite aussi un bulletin et organise voyages et autres manifestations, pour plus d’informations : www.serpe.org ou 06 76 42 95 83

Une partie du bureau de l’association : au premier rang Monique Perretti, Denise Carcenac et Brigitte Vanacker ; debout Huguette Gache, Huguette Duhamel, René Mottet (président) et Jean Duhamel

Le couple Brigitte et Gilles Delluc qui fait preuve d’une belle démarche scientifique, avec une retenue remarquable. Ils ont émis l’hypothèse que les peintures pariétales, entre autres celles de Lascaux, aient pu être réalisées par crachis, sans utiliser d’outil, comme cela se pratique encore en Australie ; des expériences en cours semblent valider cette option, d’autant qu’aucun outil du type chalumeau n’a été retrouvé associé aux peintures. En mai, ils avaient publié « L’art pariétal de Cro-magnon » aux éditions Ouest-France.

Deux conférences sur l’interprétation des dessins et gravures, un domaine où la preuve est d’autant plus difficile à apporter que les opinions sont tranchées. Pas une réaction lorsque l’avis d’un chaman est évoqué pour décoder une gravure dans une grotte de la Beune. En quoi un chaman serait-il une référence scientifique et quels sont les éléments qui permettent de qualifier cette personne de chaman ?

La visite d’une Japonaise, Jannu Igarashi qui a présenté l’art préhistorique au Japon depuis plus de 30 000 ans, en particulier les superbes poteries de l’ère Jômon, domaine où l’Asie du Sud-est été précurseur, il y a 15 000 ans. Certes, cette dame ne connaissait pas bien (ou ne comprenait-elle pas la question?) les différents modes de débitage, rappelons qu’elle est avant tout une spécialiste de l’histoire de l’art, elle est actuellement maitre de conférences à l’Université de Keio en Art paléolithique et préhistorique. Ensuite, s’il y a peu de sites préhistoriques, cela est avant tout dû à l’histoire géologique (mouvementée) du Japon, à l’opposé le grand calme géologique qui règne en vallée de la Vézère, laissant à l’érosion et à la gélifraction le temps de faire leur œuvre en enfouissant les reliquats de vie des humains qui y vécurent.

Jannu Igarashi

D’autres conférences intéressantes : le Magdalénien dans la vallée de l’Aveyron par Edmée Ladier, les Mégalithes en Seine et Marne par Alain Benard et le vulgarisateur Alain Lambrechts nous a comptés la confuse Saga des Ancêtres, toujours plus confuse au fur et à mesure des découvertes..

Dimanche, la découverte des différents sites des Eyzies a été longuement relatée par Bernard Henriette (plus d’une heure trente), ne laissant que bien peu de temps au suivant, Serge Maury, conservateur honoraire et préhistorien, pour présenter le résultat de ses expériences sur les savoir-faire techniques et innovation durant la préhistoire. Des expérimentations qui permettent de retrouver les techniques et les parfois longs processus utilisaient par tailleurs de silex d’obtenir des lames qui pouvait être standardisées tant en forme qu’en dimension. Des recherches qui mettent en évidence la spécialisation inhérente à ces techniques, le développement d’un commerce sur de grandes distances et inévitablement des implications sociales. Des expériences semblables sont mises en œuvre pour explorer l’usage et l’invention du feu.

La diffusion du Silex du Grand-Pressigny, thème alléchant qui n’a pu être évoqué faute de conférencier. C’est bien dommage, car ce sujet est la suite logique du précédent, une autre année peut-être. Annulée également, Relation Homme-animal au Néolithique final en Thrace du sud, à Voden en Bulgarie, par Renée Moubarak qui ne pouvait se déplacer.

Au final, des journées riches pour une belle assistance, malgré le soleil à l’extérieur en cette période de vacances.

Share