Commémoration 2017 au Sablou, commune de Fanlac

  

Samedi 8 avril, comme chaque année depuis vingt-sept années, les associations d’anciens combattants, de résistants (14 cette année si l’on se réfère au nombre de drapeaux) et des représentants du Parti communiste se réunissent autour de la stèle du Sablou. Celle-ci est implantée au carrefour des routes de Fanlac, Thonac et Montignac, dans la vallée du Thonac et la forêt Barade, à équidistance du bourg de Fanlac et du domaine du Sablou.

  

Dépôt de gerbe par Anne Roger

  

Étaient présents à cette cérémonie Anne Roger, maire de Fanlac, Christian Teillac, élu départemental, et de nombreux représentants des associations évoquées ci-dessus, on peut citer Andrée Zdrojower, Robert Pilmé et Vianney Le Vacon. Des discours, on retiendra deux expressions : « Faire la guerre à la guerre » et « Combat pour la paix ».

 

Anne Roger, Christian Teillac, ?, Robert Pilmé et Vianney Le Vacon

  

Le camp du Sablou, l’un des 200 camps d’internement créés pour certains dès 1939 qui ont accueilli jusqu’à 600 000 personnes et dont les derniers ont été fermés en mai 1946. Celui-ci a été créé en janvier 1940 et quelque 280 personnes y ont été privées de liberté, principalement des communistes (18 Périgourdins), mais aussi des autonomistes alsaciens, lorrains, bas-rhinois et luxembourgeois, ainsi que 5 Tsiganes. Ce camp dépendant des autorités militaires a été fermé fin 1940-début 1941, les « internés » ayant été pour partie transférés dans d’autres camps, d’autres s’étant évadés ou ayant été hospitalisés.

  

Discours d’Andrée Zdrojower

Anne Roger et Christian Teillac saluant les portes-drapeaux

 

Le domaine du Sablou

En découvrant aujourd’hui le domaine du Sablou, il est difficile d’imaginer que ce lieu idyllique ait pu un jour être une prison, un camp d’internement. Ce domaine est constitué d’un château bâti au XVIIIe siècle, en face de Fanlac, entouré d’un parc de 80 ha. Ce domaine est géré par l’association « Le Sablou entre Terre & Ciel ».