CieTrajectoires D.

Un projet ambitieux autour de la danse contemporaine

Cette compagnie de danse contemporaine en Périgord Noir, une association, a été créée en mai 2017 pour réaliser des vidéos-danses, des spectacles totaux incluant chorégraphie et plastique (scénographie, lumière, etc.). Dès cet été, chaque danseur dessinera sa trajectoire qui sera filmée, sur tout terrain, horizontal ou vertical ; ces différentes trajectoires se rejoindront début septembre en une création.

Le chorégraphe

Formé dans plusieurs écoles de danse, imprégné de la méthode Pina Bausch, Gérard Gali a travaillé en 1974 avec Carolyn Carlson et son Groupe de Recherche Théâtrale de l’Opéra de Paris. A rencontré d’autres chorégraphes tels qu’Alwin Nikolais. Il a créé sa propre compagnie, le GRECM (Groupe de Recherche Expérimentale Chorégraphique et Musicale) avec trois musiciennes et six danseuses, puis la Fédération Française de Danse lui a proposé un poste en Guyane où il a, entre autres, dirigé une école et où il est resté deux ans. Ensuite, il a été invité au Brésil pour participer au jury du Festival International de Danse contemporaine à Salvador de Bahia, il est resté dans cette ville durant trois ans à l’école d’art de l’université et il y a reformé le GRECM avec des Brésiliens.

De retour en France, il se forme à la scénographie aux décors de théâtre et a la régie lumière, puis débarque en Périgord pour travailler en tant que plasticien sur les facsimilés de grottes ornées, puis il réalise quelques œuvres pour les giratoires.

Toujours attaché à l’art de la scène, il y a fait de belles rencontres et il a décidé de créer cette compagnie.

Gérard Gali a déjà réuni autour de lui sept danseurs, plus une présidente.

 

Style

Le langage du corps est en parfaite harmonie avec l’esprit, le corps et l’esprit se retrouvent impliqués, ici la danse s’inspire de mouvements naturels et non a une mécanique simple au service d’une idée, le jeu d’acteur étant mêlé à la danse. Le danseur devient incarnation du réel, dans toute liberté de sa personne, dans le respect de son intimité, l’identité et l’anatomie des danseurs sont respectées, mises en valeur pour capturer l’âme en transmettant l’émotion.