Bonnes nouvelles, pas de nouvelles

Article à compléter, repassez par ici dans quelques jours, il devrait être complété.

Petite assistance à la conférence de Laurent Mathieu lundi 14 mai à la salle des fêtes, on comptait 100 à 120 personnes ; bien moins qu’il y a plus de deux ans (voir ici et ). Le contexte a changé, en 2015 on attendait l’ouverture du Centre international de Lascaux et le maire devait s’expliquer sur l’endettement de la commune. Aujourd’hui, Lascaux tourne à plein régime et l’on sait que les finances se portent bien, si bien que la piscine sera rénovée (1 200 000 €) sans endettement supplémentaire ; on n’a pas encore de date des travaux, car il faut choisir le maître d’œuvre.

La dette est désormais contenue, diminue depuis deux ans, malgré les nombreux travaux dans la ville. Alors que la masse salariale n’a pas évolué depuis 2005, les recettes fiscales sont en progression et sont supérieures à la première depuis 2011, et avec un doublement de ce rapport entre 2016 et 2017, atteignant 849 715 €. Bien que les dotations d’État diminuent, la capacité d’autofinancement progresse, ce qui a permis l’acquisition de matériel pour les services techniques et leur installation dans de nouveaux ateliers (650 000 €). Laurent Mathieu en a profité pour signaler l’efficacité des personnels municipaux, remarquant qu’ils acceptent de faire des journées continues et de souligner leur apport essentiel lors des manifestations organisées par les associations. Ces personnels ont d’ailleurs reçu une juste récompense de leurs efforts.

Après s’être occupé du tourisme (donc aussi de l’économie), Laurent Mathieu veut se concentrer sur les Montignacois. Outre la piscine, les prochains investissements concerneront les réseaux d’eau potable et d’assainissement, en particulier la rue Jean Jaurès et le chemin des Amoureux, le secteur rural pour l’abduction d’eau potable. Mis sous le boisseau ces prochaines années, pour laisser les commerçants respirer, du dernier segment de la rue du 4 septembre allant du Crédit Agricole à la poste, ce sera la communauté de communes qui devra les achever lors du prochain mandat. Ce délai fait que les travaux de la rue du Barry qui lui sont liés sont également retardés. Pour les travaux sur les réseaux, la situation de Montignac est exemplaire vis-à-vis d’autres communes de la CCVH.

La remise à neuf du réseau routier communal est au programme des deux prochaines années, prochainement seront traités le chemin de Gouny, la liaison Brenac la Saladie, le carrefour entre la rue du général Foy et la route de Fanlac, etc. Le stationnement est seulement payant de 9 h à 12 h et de 15 h à 19 h, les habitants de la commune disposeront d’une carte leur permettant de stationner deux heures gratuitement. Attente pour le parking des écoles, une expropriation est en cours. La passerelle sur la Vézère pourrait revenir en mode flottant, donc plus économique.

Effet Lascaux, un peu de réalisme, les visiteurs ont majoritairement déjà programmé leur emploi du temps avant d’arriver, ils enchainent les visites, pour eux Lascaux et le gouffre de Padirac sont des sites proches. Seule une partie de ceux-ci peut répondre à l’incitation de venir en ville. Un nouveau bilan a été effectué par la municipalité qui conforte celui que nous avions réalisé (20 septembre 2017). Des projets d’hébergements sont toujours présents, mais rien de concret à annoncer aujourd’hui.