Appel aux archives ! L’histoire de Montignac avec la grotte de Lascaux

Possédez-vous ou avez-vous connaissance de documents se rapportant à la découverte de la grotte de Lascaux ou au début de son exploitation, essentiellement de 1940 à 1963 ? Ces documents, qu’ils soient carnets de notes, lettres, photos, sons, coupures de journaux, dessins, etc. intéressent l’équipe qui va réaliser l’histoire de cette période autour de « La Grotte. »

Que vous acceptiez de « donner » ou simplement de « prêter momentanément », le temps d’une numérisation, vos documents peuvent avoir un grand intérêt pour retracer l’épopée de Lascaux et ses vicissitudes. Pour en savoir plus, contactez Élodie Lacoste* à la mairie de Montignac, c’est elle qui centralisera les informations et sera l’interface avec l’équipe chargée de gérer ce projet qui doit se traduire, au printemps 2017, par une exposition au Prieuré de Montignac, dont le titre provisoire serait : « Lascaux, Montignac et nous ».

L’équipe en charge de ce projet se compose de Natalia Rodriguez, l’initiatrice sous la responsabilité de Laurent Mathieu, de Yann Potin, chargé d’études documentaires aux Archives nationales, de Maïté Etchechoury des archives départementales de la Dordogne, de Stéphane Koknik du Centre National de la Préhistoire de Périgueux, les archives de la Corrèze, de la ville de Brive, du musée Labenche de Brive, de Thierry Félix, de Guillaume Colombo de Lascaux (Centre international de l’art pariétal) et de Jean-Michel Faure.

Lascaux est investi de multiples interprétations, à la source de réflexions scientifiques, théologiques et artistiques. Yann Potin souligne que deux prêtres sont impliqués dans la découverte et les premières études de Lauscaux, l’abbé Breuil et l’abbé Glory, à une époque où l’Église était réticente à attribuer une réelle antériorité à ces dessins. Ensuite, la grotte a été fermée, oubliée, puis elle renait, en faisant un récit mythologique, une épopée moderne…

Laurent Mathieu : le but est de retisser le lien qui s’est distendu, de remarier la ville de Montignac avec sa grotte et de redynamiser la ville. Si la commune n’a pas financé directement Lascaux, elle a participé aux travaux connexes. Redynamiser la ville ? Certains élus considèreraient cette démarche comme superfétatoire, Montignac étant suffisamment dynamique à leurs yeux… Ces gens sont d’un optimisme ! Cette exposition se veut un complément à la visite de « Lascaux », puisque tel est le nom définitif (je me répète) du Centre International de l’art pariétal. Le Prieuré qui accueillera cette exposition, associé au cinéma et à son bar, doit devenir le centre de l’attractivité culturelle de la commune. Il s’agit aussi de compenser le déplacement de la billetterie de Lascaux qui attirait, d’une façon pas très élégante, les visiteurs dans le centre-ville ; sachant qu’une partie de ceux-ci renonçaient parfois à la visite devant ces conditions d’accès.

 

Réunion préparatoire à l'exposition sur l'histoire de LascauxMaïté Etchechoury des archives départementales de la Dordogne, Stéphane Koknik du Centre National de la Préhistoire de Périgueux, Yann Potin des Archives nationales, Laurent Mathieu, maire de Montignac, et Natalia Rodriguez, adjointe à la culture et à la communication de Montignac, lors de la clôture d’une réunion d’étude du projet.

 

 

* Élodie Lacoste : Mairie de Montignac, 05 53 51 72 00 ou info@ville-montignac.com

 

Textes et photographie : Jean-Luc Kokel

 

Laisser un commentaire