Alzheimer à Montignac, des cafés mémoires et un ciné-débat

Café mémoire à l’Hôtel de la Grotte avec Micheline Bernard, Annies Dupuy, Christine Bertin, Françoise Lorrin et Thérèse Grunberger.
 
La maladie d’Alzheimer concerne 900 000 personnes en France (INSERM), bien que la Sécurité sociale n’en compte que 450 000. L’union France Alzheimer, une association qui aide les patients et les accompagnants, a une antenne en Dordogne, dont des permanences à Terrasson, les 1er et 3e mercredis de chaque mois de 15h à 17h à la Maison du Temps libre, à Montignac, les 1er et 3e jeudis du mois de 10h à 12h au bureau du CIAS à la Mairie. Au Bugue, un accueil existe à l’EHPAD les 3es mardis du mois de 15h à 17h.
En dehors des permanences en Mairie de Montignac qui offrent accueil et écoute, des Cafés mémoires sont organisés tous les quinze jours à l’hôtel de la Grotte de Montignac, 63 rue du 4 septembre, le jeudi de 15H30 à 17H30, et sont ouverts à tous. Dans un cadre charmant, Annie Dupuy vous accueille autour d’une ou deux grandes tables rondes décorées par ses soins, agrémentant la réunion de quelques douceurs, les participants payant leurs consommations. Des malades, des aidants ou accompagnants, des soignants et des bénévoles se réunissent et échangent librement, accompagnés par Françoise Lorrin psychologue, et Christine Bertin la présidente de l’antenne locale de France Alzheimer. Les deux fois où nous avons assisté à ces réunions, il y avait un peu moins de vingt personnes.
Les personnes n’arrivent pas toutes à l’heure, et cela se passe très bien dans une ambiance sereine, des échanges de sourires, des rires, un malade fait même, à certains moments, le boutentrain. Un noyau d’anciens présents depuis l’origine, il y a cinq ans, y accueille les nouveaux avec une grande bienveillance. On y raconte des parcours de vie, des témoignages touchants de malades ou d’accompagnants sont commentés, des conseils échangés. Les malades ne sont pas vraiment identifiables au premier abord, des personnes ayant eu des vies très riches, parfois surdiplômées, mais tous ont dans les yeux une tristesse, une anxiété qui refait surface au cours de l’après-midi, une peur de se retrouver seuls ; il y a des visages d’une grande beauté, tant chez les malades que chez les accompagnants, des conjoints ou des parents, l’œuvre des épreuves subit en commun.
Durant ces Cafés mémoires, les dernières informations relevées dans la presse ou lors de colloques sont partagées et commentées, la non-efficacité de tous les traitements, les avancées (trop faibles) de la recherche, mais au final seul le traitement humain est efficace : affection, tendresse, chaleur humaine. Parfois des intervenants extérieurs sont sollicités, telle cette dame effectuant des massages de mains, ou bien une accordéoniste, Nathalie Ligocki, le 24 mars prochain. L’annonce de manifestations et d’événements liés à la maladie sont signalés, telle la semaine européenne du cerveau mi-mars ou la journée ALOIS à Limoges le 12 mai.
 

Un Ciné-débat autour du film « Floride » et de la maladie d’Alzheimer

 

Geneviève Demourès, médecin psycho-gériatrique et Christine Bertin

Ciné-débat sur la maladie d’Alzheimer après le film « Floride » avec Geneviève Demourès, médecin psychogériatrique et Christine Bertin.

 
Jeudi 11 février au soir, a été projeté au cinéma Le Vox de Montignac un film tout en finesse, « Floride » de Philippe Le Guay avec Jean Rochefort et Sandrine Kiberlain. Après la séance, madame Geneviève Demourès, médecin psychogériatrique à la maison de retraite du Verger des Balans, à Annesse-et-Beaulieu (24), a répondu aux questions du public. Très peu de personnes ont quitté la salle durant ces longs et riches échanges.
Elle a jugé le film très juste, présentant bien toutes les phases de la progression de la maladie, les stratégies de résistances des personnes atteintes et leur propension à faire mal à ceux qui les aiment le plus. Durant le film, elle aurait répété à plusieurs reprises : « c’est exactement ça ! » Au final, elle nous dit de dire les choses au malade, de ne pas les surprotéger contre une réalité qu’ils refusent. Madame Demourès a souligné que le nombre de cas de maladie d’Alzheimer n’était pas en augmentation, les malades existaient avant, mais ils n’étaient tout simplement pas diagnostiqués ; telles ces belles-mères acariâtres que les brus devaient supporter dans nos campagnes. Elle souligne aussi le manque de soignants, nettement insuffisants pour accompagner ces pathologies.
L’adhésion à France Alzheimer, pour ceux qui souhaiteraient fréquenter régulièrement ces Cafés mémoires, est de 30 € par an, déductible des impôts.
 
Les prochains Cafés mémoires à Montignac, les 10 et 24 mars, puis les 14 et 28 avril 2016, de 15 H 30 à 17 H 30 ; vous pouvez contacter Christine Bertin pour plus de renseignements au 06 81 88 97 42.
 

Permanences Alzheimer à proximité

Montignac : à la Mairie les 1er et 3jeudis du mois de 10 H à 12 H avec Christine Bertin, 06 81 88 97 42
Thenon le 1er mardi de chaque mois de 10 H à 12 H avec Micheline Bernard, 06 85 38 64 02
Terrasson : à la Maison du Temps libre, les 1ers et 3es mercredis de chaque mois de 15 H à 17 H avec Thérèse Grunberger, 05 55 85 46 73 ou 07 87 25 51 32
Le Bugue : à l’EHPAD les 3es mardis du mois de 15 H à 17 H.
 

Laisser un commentaire